top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMatthieu

Chamboulement, chute et rebondissement : du Five à l'Aotearoa

Que serait une expédition SEA plastics sans son lot de chamboulements annuel ?


Après avoir parcouru plusieurs centaines de milles à bord du FIVE en traversant le golfe du Lion, longeant la Costa Brava, explorant les îles Baléares et revenant en France par une navigation, nous disons finalement au revoir au bateau qui nous aura fidèlement mené à bon port. Pourquoi nous nous séparons du FIVE ? Inutile de rentrer dans les détails. Quelques réparations importantes et des désaccords avec son propriétaire nous ont amené à nous séparer de ce fabuleux ketch de 52 pieds. La gestion logistique de son rendu ainsi que de la recherche du nouveau bateau nous ont empêché de nous concentrer sur bien d'autres choses pendant les quelques dernières semaines, y compris les journaux de bord. (Presque) Comme à l'accoutumée, on pourra incrémenter un tout nouveau compteur :


Compteur de baisse de moral générale : 0 --> 1


Effectivement, ces deux dernières semaines ont été assez dures face à la frustration de devoir nous séparer de notre bateau et de ne pas voir avancer le projet alors que nous devions rester à Port-Saint-Louis-Du-Rhône pour pouvoir participer au festival de la Camargue. Comme vous avez pu peut-être le remarquer, notre présence sur les réseaux sociaux était aussi plus faible, dû à cette baisse de moral.


Mais aujourd'hui, l'heure est au changement ! Nous reprenons notre expédition de plus belle sur un nouveau bateau et avec un nouveau skipper ! C'est donc aussi l'occasion pour nous de vous faire un résumé, non pas quotidien, mais par évènement marquant, pour vous tenir au courant de ce que nous avons pu faire pendant ces derniers jours.


Compteur de personnes sensibilisées :




 

Navigation de retour des Baléares (entre le 5 et le 7 mai)


Nous avons réalisé notre plus grande traversée de toute l'expédition jusqu'à maintenant pour ramener le bateau de Ciutadella (Minorque) à Palavas-Les-Flots. Une fuite sur la pompe d'injection du bateau avait été remarquée et nous espérions trouver un mécanicien à Palavas pour réparer cette fuite. Au total, nous avons avalé quelques 210 milles enchainant deux nuits de quart pour l'équipe qui arrivera un peu fatiguée.


Naviguer dans les grandes profondeurs de la Méditerranée, loin des côtes, c'est aussi l'occasion de rencontrer bon nombre de cétacés. Nous avons pu observer plusieurs fois des dauphins bleus et blancs (Stenella coeruleoalba) jouer à la proue du bateau, émerveillant les membres de l'équipe présents sur l'instant. Ces dauphins sont les plus communs dans le bassin méditerranéen et on les reconnait à leur pigmentation particulière qui laisse apparaître un aileron inversé grisâtre sur leurs flancs. En revanche, pas de rorqual pour cette fois !



Le vent portant nous a aussi permis de naviguer au spi ! Nous avons déjà pu en parler dans des précédents journaux de bord. C'est cette grande voile qui se gonfle lorsque le vent vient de l'arrière du bateau. Ainsi je vous laisse avec ces quelques clichés du FIVE, sous spi, pris grâce au drone de l'association !


C'est un es-spi-on qui a pris les photos, mouhaha !

 

Feria de Palavas-Les-Flots (7 au 9 mai)


Le 7 mai est un grand jour pour l'équipage, et notamment un de ses membres ! En effet, c'est le jour de naissance de Captain Bellot. Il signe ses 25 ans cette année ! Coup de chance, c'est aussi la feria de Palavas pendant ce même week-end. On fête donc son anniversaire aux bodegas des différents clubs de sport de la ville ! L'équipe s'est cotisée pour lui offrir les spécialités culinaires de Minorque :

  • Saucisse épicée (coup dur pour le végétarisme de l'équipe)

  • Fromage foooort

  • Gin de l'île

  • Paleta ibérique

Finalement, nous n'avons pas réussi à trouver de mécano disponible à Palavas, la saison commençant et les propriétaires revenant à leurs bateaux. Tous avaient un planning overbooké pour le mois à venir. Un coup de vent s'annonçait pour la semaine et une régate nous empêchait de rester pour le week-end. On a profité de la seule fenêtre météo disponible le mardi 9 mai pour rejoindre Port-Saint-Louis-Du-Rhône (PSLDR) car nous étions attendus le 17 pour le festival de la Camargue. On espérait aussi trouver là bas un mécano pour réparer cette fuite. Au moment du départ, nous rencontrâmes Christian, un instructeur de voile, avec qui nous avons discuté de notre projet. Nous sortîmes du port en même temps et nous prîmes ces clichés de nos bateaux respectifs :

Cliquez sur les flèches pour voir les deux prises de vue simultanées !


Au cours de cette navigation, nous avons voulu faire la course avec un trimaran de régate. On vous laisse deviner qui a gagné...


Nous avons été pris pour une simple bouée de checkpoint par ce trimaran de compèt' !


Nous avons réalisé une navigation d'une quarantaine de milles pour rejoindre PSLDR vers 22h30. Les derniers milles auront été sportifs avec des rafales à 25 nœuds de vent ! Quand nous arrivons dans le golfe de la Fos-sur-Mer, c'est un spectacle de lumières des différentes raffineries et industries du golfe qui nous attend. Nous devons éviter les cargos et pétroliers avant de rentrer dans le canal qui nous amènera au port. Une fois le bateau ancré dans sa place et attaché à sa bouée, il ne bougera plus pour les 2 prochaines semaines.

 

Le départ de Jean (tu nous manques déjà !) le 13 mai


Plus qu'un évènement majeur, c'est le départ de Jean, qui a été notre skipper depuis plus de 7 semaines. A l'occasion nous lui avons préparé une adaptation du fameux monologue du nez de Cyrano de Bergerac, que Jean connaît par cœur. Pour observer les règles de bienséance, nous avons censuré quelques passages... Veuillez nous en excuser chers lectrices et lecteurs ! Jean, nous tenons à te remercier de tout notre cœur pour ton dévouement et de nous avoir supporté pendant ces quelques semaines !


“-Jean est cool.”

“-Ah ! non ! c’est un peu court, l’équipe !

On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…

En variant le ton, – par exemple, tenez :

Agressif : « Moi, monsieur, si j’avais un tel foie,

J’en boirais des océans, de votre sangria »

Amical : « Mais il est fort pratique, et sur tous les points.

A combien est l’abonnement, pour ce skipper malin ?»

Descriptif : « C’est un toc ! … c’est un tic ! … c’est du tact !

Tu dis?! qu’il te répond du tac au tac ! »

Curieux : « De quoi sert cet atypique clarinettiste ?

De skipper, de professeur ou d’aubergiste »

Gracieux : « Aimez-vous à ce point les oiseaux

Que pour éprouver leur liberté,

censuré »

Truculent : « Ça, monsieur, vous l’avez éprouvé,

La chaleur humaine de notre poulailler. »

Prévenant : « Gardez-vous, de bien vérifier,

Dans votre boîte aux lettres, un cadeau mérité ! »

Tendre : « Faites-lui jouer un peu de jazz

De peur que son moral se blaze. »

Pédant : « L’animal seul, monsieur, que SEA Plastics

Appelle celui-qui-a-vécu-3X-plus-de-vie-que-nous

Dut avoir sous le front tant de souvenirs et de conseils pratiques ! »

Cavalier : « Quoi, l’ami, cette casquette est à la mode ?

Le vent tente de la voler, c’est vraiment peu commode ! »

Emphatique : « Aucun capitaliste ne peut, Jean magistral,

Te coller un procès, aussi bancal que le mistral ! »

Dramatique : «Hélas c’est le moment de t’avouer,

Que les aubergines à la crème ne font pas l’unanimité ! » (ah les goûts et les couleurs! )

Admiratif : « Pour l’équipe, quelle aubaine,

D’être tombé sur une telle petite crème !

Lyrique : « À combattre les corsaires, êtes-vous un triton ? »

Naïf : « Ce bateau breton, quand le visite-t-on ? »

Respectueux : « Soufflez, monsieur, la mer s’incline,

C’est là ce qui s’appelle être notre héroïne »

Campagnard : « Hé Juanito, c’est t’y pas l’heure de l’apéro !

C’est quoùqu’il est le saucisson, le foie de veau et les rognons ?

Militaire : « Pointez la proue contre les ripoux ! »

Pratique : « Voulez-vous choisir par où qu’on va ?

Assurément, monsieur, censuré ! »

Enfin l’équipe te dit en un sanglot :

« Jean tu vas nous manquer , mais on se dit à très bientôt »




 

Visite d'Arles (le 16 mai)


C'est jour de pause avant le festival de la Camargue ! On décide d'aller visiter la ville d'art et d'histoire Arles reconnue pour avoir inspiré les peintures de Van Gogh. L'inspiration artistique se ressent à chaque coin de rue où on remarque des curiosités à chaque coup d'œil. Les arènes sont très impressionnantes (surtout quand on en fait le tour !). En se posant boire un verre, on peut écouter un petit trio qui faisait du jazz manouche avec deux guitares et une clarinette !

La belle ville d'Arles et ses arènes

 

Le festival de la Camargue (du 17 au 22 mai)


Après ces déboires entre la remise du bateau à son propriétaire, le départ de Jean et la recherche de bateau intensive non fructueuse jusque là, nous reprenons des forces et participons au festival de la Camargue. C'est la quinzième édition cette année et nous avons eu la chance de tenir un stand pour sensibiliser le grand public du jeudi au dimanche et des scolaires de la moyenne section au CM2 le lundi après le festival. Au total, nous avons pu toucher 242 personnes (110 pendant le festival et 132 scolaires le lundi).


Au programme, des activités que nous avons l'habitude de mettre en place sur nos stands comme :

  • La pyramide de la biodiversité

  • Cache cache plastique

  • Présentation des filets de prélèvements de microplastiques

  • Discussion sur les alternatives possibles

Mais nous avons aussi mis en place un nouveau jeu qui s'appelle plastique détective ! C'est une activité qui permet d'identifier le type de plastique que l'on étudie à partir de 3 solutions : une première aqueuse, une seconde comprenant moitié eau et moitié alcool et finalement une solution aqueuse saturée en sel. Le but est donc de plonger les morceaux de plastique dans les solutions et de voir s'ils flottent où s'ils coulent. Ainsi, on peut déterminer le type de plastique que nous étudions. Venez donc le tester à notre prochain stand !


Sensibilisation des scolaires le lundi 22 mai

 

Faux espoir au cours d'une visite d'un karaté pour l'association (le 18 mai)


Notre recherche de bateau a bien avancé au cours de ces dernières semaines. Nous avons plusieurs plans pour naviguer de nouveau. Nous avions posté sur les réseaux sociaux une affiche annonçant que l'on cherchait un bateau pour notre expédition. Nous avons été contacté par Clément de l'association Ploggathon (https://www.ploggathon.org/ ) qui nous a proposé de récupérer un karaté sport amarré sur un ponton autogéré de PSLDR. Ni une, ni deux, on se précipite sur l'occasion et on décide d'aller voir ledit bateau. Bon, les propriétaires nous avaient prévenu que quelques réparations étaient à prévoir et effectivement le bateau a pris un peu cher ! Néanmoins le bateau est à brader pour quelconque projet. Vous pouvez prendre contact avec l'asso pour avoir plus d'infos à ce sujet !


Un bateau à récupérer pour un beau projet !

 

Le départ du FIVE (le 23 mai)


C'est notre dernier jour sur le FIVE. Au programme : rangement et nettoyage complet du bateau. C'est une page qui se tourne. Ce beau voilier nous aura accompagné pendant les deux premiers mois de l'expé. Voici un petit florilège des meilleures photos.



Pour les deux prochains mois, nous allons naviguer sur Aotearoa, un Océanis 390 et avec un tout nouveau skipper qu'on vous présentera dans le prochain journal de bord ! Nous avons hâte de reprendre de plus belle notre expédition, de recommencer les échantillonnages et les sensibilisations, et de venir à votre rencontre !


A la prochaine pour un journal de bord hebdomadaire cette fois-ci !


122 vues0 commentaire
bottom of page