Rechercher
  • Lorraine

27 mars 2021 : En route pour l’Espagne


Aujourd’hui est une belle journée : l’Impossible prend la mer, direction l’Espagne. Ah, l’Espagne… Pour 7 Français dont les derniers souvenirs ténus d’un verre en terrasse commencent à s’estomper, et face à la menace d’un nouveau confinement national, l’Espagne apparaît comme la terre promise, pays de la liberté absolue. On le verra plus tard, le destin nous réserve encore quelques tours, mais pour le moment, l’heure est à la réjouissance. Escortés par un couple de dauphins, nos autorisations gouvernementales en poche (reçues la veille à 17h) nous faisons route vers le port de Roses. Sur le chemin, nous réalisons pour la première fois en conditions réelles nos prélèvements de nano-plastiques.


#LePointSciences : l’échantillonnage des nano-plastiques


N’en déplaise à nos détracteurs, oui, il est bien possible d’échantillonner des nano-plastiques. Grâce aux conseils avisés du CNRS, les étudiants ingénieurs de l’association ont pu mettre au point un protocole de collecte des nano-plastiques en mer, des plastiques de moins de 1mm, invisibles à l’œil nu.


1. Les 4 bouteilles Niskin, fournies par notre #partenaireofficiel Maritech, sont plongées à plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Grâce à un messager, elles peuvent se refermer d’un coup sec, piégeant 4x2,5L d’eau de mer à la profondeur voulue. Cette opération nécessite une mer parfaitement calme, sans houle.


2. Une fois à terre, le plus long reste à venir. Toute le processus s’effectue dans un milieu dépourvu de plastique : matériel, vêtement, supports… tout doit être dans un matériaux différent. Les bouteilles sont traitées l’une après l’autre. On verse l’eau piégée à travers 3 tamis successifs à mailles de plus en plus petites. On ne conserve à la fin que ce qui se situe entre 700 nanomètres et 100 micromètres.


3. Le filtrat passe ensuite à travers un filtre en microfibres de verre, de diamètre 10cm, dont la maille de 700nm, nous permet d’isoler les précieux nano-plastiques. Pour réaliser cette opération un pompage sous vide est nécessaire afin que tout le liquide passe à travers le filtre.


4. Le filtre est ensuite plié minutieusement à l’aide de pince en fer, et introduit dans un flacon étiqueté soigneusement. Chacun des 4 flacons est rempli d’éthanol pour figer l’échantillon, en blanchissant la matière organique, afin d’éviter qu’elle ne fermente et ne dégrade nos précieux nano-plastiques. Les flacons seront ensuite envoyés par colis postal aux laboratoires.

Bien sûr, nous profitions de notre passage à Roses pour réaliser une matinée de sensibilisation avec les enfants de l’école de voile. Un grand merci pour votre accueil, on espère vous revoir l’année prochaine !


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout