Rechercher
  • Cosme

Samedi 9 et Dimanche 10 mai, Porquerolles - Port Cros

Mis à jour : mai 16


- Deuxième essai scientifique -


La nuit fut bonne. Je me suis endormi rapidement, bercé par la houle. Au réveil, le vent a forci et vient toujours de l'Est. Nous restons donc à Porquerolles le matin. L'annexe est remise à l'eau pour faire un nouveau test d'échantillonnage. C'est plus sportif que hier, il y a plus de vent. Mais le test se passe bien. Le filet résiste à la traction et parvient à se maintenir à fleur d'eau. Après 10 minutes de trainée, nous le remettons sur l'annexe et rentrons au bateau. Là, nous le rinçons à grands coups de seaux d'eau pour faire tomber les dernières particules dans le fond amovible du filet. Nous prenons garde à envoyer ces seaux à l'extérieur du filet, pour ne pas contaminer notre échantillon. Toutes les particules sont concentrées dans le fond du filet que nous récupérons et nettoyons pour obtenir notre échantillon. Il contient moins de plancton que hier.




- Virée à Porquerolles -


Après le déjeuner, Cléa, Erick et moi partons au village de Porquerolles.Erick doit acheter des cigarettes, et nous devons trouver de l'éthanol pour conserver nos échantillons. De l'alcool à brûler fera l'affaire.Porquerolles est encore plus hors du temps que l'île des Embiezs. Un doux parfum méditerranéen y flotte. Quelques personnes sont dans la rue et parlent entre elles. Un marché à l'étalage est ouvert. Une mère de famille achète des oranges avec son fils. Seul le masque du caissier nous rappelle que le COVID-19 existe bel et bien. Nous aurions bien flané plus longtemps, mais Benjamin nous appelle paniqué. Le bateau s'est décroché et bouge apparemment vers les rochers. Nous rentrons dare-dare en annexe, pour s'apercevoir que tout va bien. Panique assez compréhensible de Benjamin, le vent souffle de plus en plus!



- Direction Port Cros -


Nous décidons de partir vers Port Cros où nous passerons toute la journée de demain. Première chose à faire prévenir le sémaphore de Porquerolles. Une voix féminine me répond, ce n'est pas le même interlocuteur que la dernière fois. l'ancre est levée et nous remettons au vent . Le Dune est impressionnant. Il fait du 7 noeuds rien qu'avec le génois


Ne pouvant pas aller à moins de 30 degrés de la direction du vent, nous faisons 2 bords et arrivons à Port Cros en 3 heures. De nouveau il faut prévenir le sémaphore. Cette fois, c'est l'homme à l'accent du Sud qui me répond.

Le port de Port Cros est désert. Des dizaines de bouées attendent des vaisseaux qui ne viendront pas avant longtemps. N'ayant pas de réponse de la capitainerie, nouss nous amarrons à une bouée pour y passer la nuit.




- Exploration à Port Cros -


Il y a trop de vent d'Est pour sortir et aller vers Antibes. Nous choisissons de rester sur place. Comme d'habitude, il faut prévenir le sémaphore qu'on ne bouge pas aujourd'hui. On tombe sur la fille cette fois! Puis, nous partons en annexe explorer l'île. Pas âme qui vive lorsque nous accostons. Les fenêtres de tous les bâtiments sont closes, à l'exception d'une pizzeria où les lumières sont allumés. Une vraie ville fantôme à la sauce mexicaine. Nous nous dirigeons vers la forêt presque amazonienne. Un petit sentier y commence et fait le tour de l'île. Nous le suivons jusqu'à atteindre la face Sud. Elle est terrible, avec des écueils saillants, ne demandant qu'à éventrer des navires. On y voit la mer, qui s'étend à perte de vue. De l'autre côté, l'Afrique! Nous mettons fin à cette escapade au bout de deux heures, la pluie a eu raison de nous. C'est trempés mais ravis que nous rentrons dans le Dune. La journée continue et s'achève avec un diner à base de poulet mariné au citron et au cumin. Nous le dégustons en écoutant la pluie se méler à des riffs de Dire Straits.



24 vues
paca
ministere
université_barcelone
CNES
MERCATOR
VEOLIA
natixis
sorop
EY
helloasso
fondation apt
argonautica
MARBEC
aquarium et embiez