top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLéna

Quatrième semaine d'expédition : Découverte de la réserve marine de Banyuls et passage en Espagne 🐟

Quatrième semaine de l'expédition 2024 marquée par notre arrivée dans la magnifique petite ville de Banyuls ainsi que par le passage de la frontière espagnole ! Bonne lecture ! 📚


Lundi 15 avril - Jour 23


Une nouvelle semaine commence pour l’équipe Sea Plastics. Martin et Thibaud mettent en place un stand de sensibilisation dans l’aquarium de Canet-en-Roussillon pendant que le reste de l’équipe (un peu jaloux) s’occupe d’avitailler le bateau pour les semaines à venir. Les deux chanceux ont même la possibilité de visiter l’aquarium et d’en découvrir les coulisses. 

Il est maintenant l’heure de repartir en mer en direction du sud ! Il y a encore pas mal de tramontane mais notre équipage n’a pas peur d’affronter de nouveau la houle (heureusement qu’on avait le vent et les vagues dans le dos pour éviter tout mal de mer malencontreux). L’Aotearoa pouvait surfer sur les vagues et atteindre une belle vitesse de croisière. Passé le cap Béar, nous décidons de faire un mouillage dans la baie de Paulille (à l'abri du vent) : un petit coin de paradis. Martin part se baigner pour observer la faune et la flore sous-marine et décide même d’y retourner dans la soirée (de son plein gré évidemment) pour décrocher le filet à plancton qui commençait à enrouler dans l’hélice du bateau… L’Aotearoa s’endort alors sous les étoiles, un bel endroit pour un premier mouillage.



Canne à pêche et petites plantes présentes lors de notre navigation Canet - Banyuls


Vue depuis notre premier mouillage à l'entrée de Banyuls

Mardi 16 avril - Jour 24


Ce matin, on se réveille tôt ! Il faut partir avant que le vent ne se lève. C’est avec un beau lever de soleil que l’équipe déroule le génois et se dirige vers Banyuls-sur-mer. L’arrivée au port s’avère un peu difficile mais, après quelques manoeuvres, nous nous plaçons proche de l’entrée (en plein vent). Certains découvriront même que le mal de mer n’est pas réservé aux navigations en pleine mer… 

Après une journée sérieuse de travail, l’équipe à besoin de décompresser. Les garçons partent faire un trail à la tour de la Madeloc pendant que les filles font du sport sur la digue puis visitent le coin. 

Le soir, en pleine élaboration d’une quiche aux épinards, Arnaud décide que c’est trop dangereux pour le bateau de rester à cette place avec le vent qui prend de la force. On stoppe alors toute activité et on déplace l’Aotearoa vers un emplacement plus au calme. L’équipe va pouvoir dormir plus tranquille. C’est un soulagement collectif ! 



Martin qui gambade sur les hauts de Banyuls (Tour de la madeloc)


Thibaud qui apprécie aussi la vue depuis la tour, attention ça vente !


Mercredi 17 avril - Jour 25


Ce mercredi, pas de sensibilisation de prévus pour l’équipage. Thibaud, Lena et Angélique se préparent pour parcourir les 15 km de sentier du littoral qui séparent Banyuls à Collioure. Pendant ce temps-là, Martin prépare le compte rendu de trésorerie qu’il nous présentera le soir même ! Après une belle marche venteuse sur les bords de mer, l’équipe de randonnée craque pour la première glace de l’expédition avant que Arnaud et Martin les rejoignent en train à Collioure. Se déroule donc une session de compétition de ricocher de haut niveau avec de grandes performances de la part de l’équipage. L’équipe profite donc de Collioure jusqu’au coucher de soleil avant de rentrer en train à Banyuls, bien fatiguée de la journée. Tout le monde se prépare à la journée de sensibilisation qui se déroulera le lendemain, toute la journée ! 



Paysage sympas depuis le sentier du littoral entre Banyuls et Collioure


Deux macro-déchets repérés sur la plage de Collioure


Jeudi 18 avril - Jour 26


C’est parti pour la journée de sensibilisation à Banyuls ! Celle-ci démarre par le marché municipal où Lena et Angélique se rendent afin de commencer notre sensibilisation. Elles sont ensuite rejointes par Thib et Martin qui prennent le relais pour la matinée. Au final, c’est une belle (et froide) matinée de sensibilisation avec de nombreuses personnes rencontrées et pour la plupart déjà bien informées de la situation ! En effet, Banyuls et ses habitants semblent déjà bien avancés sur les démarches en faveur de la protection de la Méditerranée. Avec le laboratoire d’océanographie ainsi que la réserve marine se situant juste à côté, la ville de Banyuls semble être extrêmement sensibilisée sur cette problématique ce qui nous fait énormément plaisir ! 

Une fois rentré au bateau, pas de répit pour l’équipage ! Rendez-vous au centre culturel où ils accueilleront un groupe de jeunes de la ville ainsi que leurs professeurs ! Superbe rencontre avec ces jeunes d'entre 11 et 16 ans, pour la plupart déjà bien informés sur la question du plastique ! Et enfin, pour terminer la journée en beauté, nous avons été accueillis par Kelly, médiatrice scientifique au sein du laboratoire d’océanographie, qui a pu nous présenter son travail sur le plancton ainsi que l’utilisation du Curiosity (kit d’observation du plancton que nous disposons au sein du bateau). Merci encore à toi pour ton accueil chaleureux Kelly ! 



Nos premières découvertes de planctons grâce à notre kit curiosity !


Une partie de l'équipe au stand de sensibilisation au marché de Banyuls


Vendredi 19 avril - Jour 27


Vendredi, comme l'équipe ne présentera finalement pas le bateau aux jeunes de Banyuls, la journée est libre, on peut faire la grasse matinée… ou aller regarder le lever de soleil en haut des montagnes, (donc se lever à 5h50), devinez ce qu’on a choisi... Tout le monde tire un peu la tronche au lever jusqu’à ce qu’on trouve une boulangerie ouverte, et la perspective des pains au chocolat en haut des montagnes donne de la force pour la montée. Sur le chemin, on rencontre un chat, un chien (qui n’aime pas trop les garçons), une araignée verte toute kiki. Le lever de soleil vaut quand même franchement le coup donc l’équipe est contente (même si certains n'hésitent pas à se recoucher au retour au bateau). Martin va redire bonjour à ses collègues de Banyuls au laboratoire, et retrouve Angélique au retour en plein essai du Curiosity sur des échantillons du port. Ce qu’elle y découvre : copépodes, diatomées, crustacés, et… fibres micro-plastiques bien sûr. L'après-midi, c’est quartier libre : Angélique, Thibaud, et Léna vont courir, Martin va plonger, et Arnaud se détend sur le bateau. Au soir, tout le monde se retrouve autour d’une dégustation de Banyuls, PUIS re-Banyuls, PUIS d’anchoïade, PUIS de pizza maison, PUIS de gâteau fait par la maman d’Angélique (merci à elle). Les pizzas sont magnifiques, mais la cuisson… A résultats variables. Après ce bon repas, l’équipe va se coucher l’esprit tranquille et le ventre plein. 



Tentative de photo d'influenceur de tartine et lever de soleil by Thibaud


Samedi 20 avril - Jour 28


Samedi, c’est le dernier jour à Banyuls. Alors que certaines récupèrent du réveil très (trop) matinal de la veille,  d’autres se lèvent de bonne heure pour pouvoir profiter d’une dernière plongée dans la réserve naturelle de Banyuls.  Le père d’Angélique est venu nous dire un dernier au revoir et c’est enfin l’heure pour nous de quitter les côtes françaises afin de découvrir l’Espagne et sa culture. Avec un vent de dos et une mer houleuse, l’Aotearoa ride les vagues tel un vrai surfeur pour atteindre le Cap de Creus et ses belles falaises. L’objectif : trouver un petit coin de paradis afin de faire un mouillage. Une fois le Cap de Creus passé, on trouve tout de suite une petite crique parfaite pour notre nuit. Cependant, pas de bouée pour s’accrocher, on est donc obligé de sortir l’ancre. Après plusieurs essais  et beaucoup de rouille sur les mains, l’ancre est lâchée et le bateau est stable. A peine fini de se ravitailler, Arnaud part déjà à l’eau pour pouvoir découvrir les environs et les poissons qui s’y cachent.  Néanmoins, la plongée n’a pas duré aussi longtemps qu’il le voulait car l’ancre n’a pas tenu et le bateau commence à dériver. Impossible de faire le mouillage avec le vent qui souffle, on décide donc de dormir en sécurité au port de Roses. On reprend donc la navigation et on arrive à Roses sous un coucher du soleil pour dormir paisiblement, à l'abri du vent. 


Navigation (ou surf) de l'Aotearoa avant le passage en Espagne !


On fête notre arrivée en Espagne ! Direction Roses 🇪🇸



Couché de soleil avant l'arrivée dans le port de Roses



Dimanche 21 avril - Jour 29


C’est un dimanche ensoleillé que l’équipage va vivre pour sa première journée en Espagne ! Angélique, Lena, Thib et Martin partent pour une session snorkeling à l’entrée de Rosas. Il fait franchement très froid mais après une bonne heure passée sous l’eau, tout le monde est satisfait de ses petites découvertes dans une eau claire avec de belles posidonies (mais aussi de la douche chaude qui a suivi…). Après un déjeuner préparé par Arnaud, l’équipage décide de se rendre à Figueras, la ville de Salvador Dali ! On en profite aussi pour faire le tour du Castell de Sant Ferran, un fort construit au XVIIIème siècle. C’est donc une journée visite culturelle pour l’équipe qui profite avant deux journées de sensibilisation sur la ville de Rosas. 


Petite église de la charmante ville de Figueras



Bilan du premier mois d'expédition !


Cela fait donc un mois que l'équipage est parti de Port-de-Bouc ! La traversée du Golfe du Lion a été marquée par notre adaptation à la vie sur le bateau, à la houle et au mauvais temps. En effet, le Golfe du Lion est réputé pour ses conditions climatiques particulières entre mistral, vent de mer ou tramontane. Nous n'avons pas été gâtés mais l'équipage a su garder sa motivation ainsi que sa bonne humeur afin d'accomplir l'ensemble du travail entre sensibilisation et prélèvements scientifiques. Au final, nous avons donc traversé 8 ports de plaisance, sensibilisés environ 550 citoyens et navigué un peu plus de 300 kilomètres (186 miles). Quelle aventure ! Nous nous lançons maintenant pour un deuxième mois vers l'Espagne et les Baléares ! 🇪🇸

70 vues0 commentaire

Comments


bottom of page