top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThibaud

Neuvième semaine d'expédition : La traversée vers la Sardaigne ! ⛵️


Hello à tous et à toutes ! Voici le récit de notre neuvième semaine d'expédition marquée par l'une des plus grande traversée de l'expédition de Minorque à la Sardaigne. Bonne lecture !


Lundi 20 mai - jour 59


Lundi, pour notre dernier jour à Puerto Addaya, nous préparons notre grand départ vers la Sardaigne : le stresse se fait ressentir dans l'équipe : nous n'avons pas regardé la hauteur de houle sur la traversée car Arnaud maintient que “ça sert à rien de regarder la houle”. Inspirés par ce stoïcisme, nous nous focalisons sur l'essentiel : réserves de nourriture, d'eau douce, révision des cartes et de la navigation, rangement du bateau, rechargement d' appareils électroniques et sommeil réparateur pour être prêts à enchaîner les quarts ! Sur les coups de 19h, après une dernière baignade, l'équipe quitte Puerto Addaya et se dirige plein Est sous le soleil couchant. Le temps est magnifique, et pendant un premier échantillonnage effectué au depart de Minorque, nous voyons nos premiers dauphins qui viennent rendre visite au bateau ! Nous prenons notre premier repas juste après cette rencontre magique et assignons les quarts de la première nuit : l'équipe Thibaud-Léna fera 23h-2h puis 5h-8h, et Martin-Angélique 2h-5h et 8h-11h ! Arnaud, lui, boira pas mal de café pour pouvoir intervenir pendant la nuit si un problème se pose ! Au final c'est une soirée très calme au large de Minorque qui se déroule dans des conditions très calmes (peu de vents et de houles).



La team avant la grande traversée !

Coucher de soleil plus que magnifique au large de Minorque




Mardi 21 mai - jour 60


Le soleil se lève sur l’Aotearoa, c’est au tour de Martin et Angélique de prendre leur quart avec Arnaud mais un nouveau moussaillon arrive en renfort : une tourterelle (baptisée Maël.le par l’équipage) vient faire une petite escale sur le bateau pour se reposer.

La matinée défile, nous attendons patiemment que le vent se lève, comme ce qui était prévu initialement. Mais malheureusement, les estimations n’étaient pas bonnes et nous devons avancer en majorité au moteur…

Dans l’après-midi, lorsque nous arrivons à mi-chemin entre les baléares et la Sardaigne, nous lançons une série d’échantillonnages. Très peu de prélèvements sont faits si loin des côtes, pourtant c’est un point très intéressant pour nos partenaires scientifiques qui souhaitent voir si nous retrouvons autant de micro-plastiques que le long des côtes. Nous réalisons 3 échantillonnages pour notre partenaire de Toulon qui souhaite étudier le transport des métaux lourds par les micro-plastiques au milieu de la mer Méditerranée. En parallèle, nous faisons des prélèvements de zooplancton pour étudier le transfert de ces métaux lourds au sein de la chaine trophique. Le tri et le traitement de ces échantillons se révèlent fastidieux pour l’équipage qui doit faire face à la fatigue et à la houle (et au mal de mer pour certains) mais nous avons la chance d’observer un argonaute dans l’un de nos échantillons (nous le relâchons juste après). Enfin, nous faisons un dernier prélèvement pour notre partenaire OceanEye.

Malheureusement, nous faisons un bien triste constat : malgré que nous soyons à 200km de toute côte, nous récoltons un grand nombre de micro-plastiques… Les courants marins semblent transporter toute la pollution venant des terres vers ces zones reculées.

En fin de journée, Maël décide de nous quitter, nous lui souhaitons bien du courage. Quant à nous, nous entamons notre seconde nuit de quarts. Nous profitons de cette ambiance unique : l’équipe Sea Plastics, seule au milieu de l’eau à 200km de toute côte, la mer à perte de vue et seulement les étoiles au-dessus de nos têtes.



Les filles en pleine préparation des échantillions pour le laboratoire MAPIEM, attention à la houle !



Notre ami.e Maël.le, le compagnon de voyage de la journée



Mercredi 22 mai - jour 61


Cette seconde nuit de quart se révèle assez difficile, le duo Thibaud-Angélique ont du mal à faire face à la fatigue…

En arrivant au niveau du plateau continental, nous avons de nouveau la visite de 4 dauphins. Ils s’amusent à nager le long de la coque du bateau. Au même moment, une tortue de mer pointe le bout de son nez à 2 mètres du bateau, l’équipage a des étoiles dans les yeux.

Après ce beau spectacle, nous apercevons des terres au loin. La Sardaigne est en vue ! Nous arrivons, en fin de journée, à Alghero. Nous posons le pied à terre après 48h de navigation. L'accueil au port est au top et tout le monde semble soulagé d’arriver en Sardaigne. A peine débarqués, nous décidons d’aller nous baigner puis d’aller goûter une vraie pizza italienne pour reprendre des forces. Quel plaisir de retrouver la terre ferme après ces quelques jours en mer. Maintenant, place au repos et à la récupération de ces jours de traversée. Cette première grande traversée laisse des souvenirs incroyables à l'ensemble de l'équipage ! Hâte de la prochaine !



Premier soir à Alghero, les lumières sont belles !

Jeudi 23 mai - jour 62


Après trois jours intenses de navigation, où le quota de sommeil a été très peu respecté, l’équipe s’octroie donc un réveil tardif. Seul Martin, dormant dans son hamac sur le ponton du bateau, s’est réveillé aux aurores avec le soleil. Il a donc régalé l’équipe en préparant des crêpes (recette du sud avec de la fleur d’oranger bien sûr). Une fois que l’équipage a bien repris des forces, c’est parti pour une longue journée de travail.

Objectif : planifier la fin de l’expédition notamment dans les pays où SEA Plastics n’est encore jamais allé, tel que la Sardaigne et la Sicile. Ainsi, sous le soleil chaud d’Alghero, l’équipe relance chaque port qui n’a pas encore répondu, chaque école qui se trouve sur son passage et une grande majorité des clubs de plongée et de surfs présents sur les côtes sardes et siciliennes. Un grand nombre de mails et d’appels ont donc été passés en cet après-midi. Il ne reste plus qu’à attendre les réponses et à relancer dans le cas contraire.  A la fin de l’après-midi, une fois que tout le monde ait fini sa "to do list", l’équipe va se décompresser en allant boire un verre dans le vieux centre d’Alghero. Comme nous venons d’arriver en Italie, nous nous devons de goûter les spécialités du pays. C’est pourquoi on choisit une variété de spritz, moins amer que celui qu’on connaît à Paris, le Hugo Spritz à base de citron et de menthe. On rentre ensuite pour dîner avec, à la carte, nos restes de pâtes bolognaises végétariennes préparées pour la navigation. Pour finir le repas, on part reprendre une glace chez le glacier qu’on a découvert la veille, parce qu’elles étaient vraiment trop bonnes ! D’ailleurs certain.es se laissent trop tenter, et ont dû mal à finir (la nuit de digestion fut particulière...).



Travail à l'ombre sur l'Aotearoa !


Vendredi 24 mai - jour 63


Deuxième jour dans la ville d’Alghero, deuxième jour de planification pour la fin de notre itinéraire.  On repart donc sur une journée studieuse avec beaucoup d’envois de mails et d’appels. On a énormément de mal à contacter la Sicile. Que ce soit au niveau des ports mais aussi des écoles et des associations environnementales, personne ne nous répond ! Cependant, on ne perd pas espoir et on continue nos recherches. On rentre aussi les données que nous avons récoltées pour nos échantillons lors de la dernière navigation, dans l’Excel que nous enverrons ensuite à OceanEye.

 On en profite aussi d’être dans un port pour faire du sport. Certain.es se lancent dans une séance de renforcement musculaire, d’autres dans un jogging, voir les deux pour certain.es. C’est pas toujours facile d’être trois jours sur un bateau sans pouvoir réellement bouger !  Enfin, comme nous repartons le lendemain, direction un mouillage près de Stintino, nous préparons donc la navigation. Sous la surveillance d’Arnaud, on regarde donc la direction du vent, les caps que nous allons prendre, mais aussi les amers, c’est-à-dire des points de repère sur la côte (comme une montagne, un phare…) afin de savoir à quel moment nous allons changer de cap. On commence de plus en plus à comprendre comment la navigation fonctionne et c’est un vrai plaisir ! Arnaud en profite aussi pour nous apprendre de nouvelles choses telles que calculer la direction réelle que nous allons prendre en prenant en compte la déviation due au vent ou encore la dérivation due au courant.

Le soir, on ne mange pas ensemble pour une fois. Deux équipes se profilent, d’un côté Arnaud, Martin et Thibaud qui se sont acheté une bonne pièce de viande et de l’autre Angélique et Lena, qui ne mangeant pas trop de viande et n’ayant pas le courage de cuisiner quelque chose en profite pour aller au restaurant de nouveau.



Magnifique lumière sur les bords de mer d'Alghero



Samedi 25 mai - jour 64


Aujourd’hui, nous partons d’Alghero pour rejoindre un mouillage un peu plus au nord de la Sardaigne, vers la plage de Stintino. Nous partons donc vers les coups de 8h avec un joli orage sur les montagnes environnantes d’Alghero. Ça gronde fort et on est très vite trempé par les grandes averses. En sortie de port, nous prenons le cap déterminé par l’équipe et ça part. Pas de temps à perdre pour l’équipage qui enchaîne avec un échantillonnage en dans la baie d’Alghero. Le reste de la navigation se fait dans le calme car le vent n’a pas voulu se montrer (une nouvelle fois…) et à notre détriment (RIP Martin notre trésorier) nous avançons au moteur. On longe donc une partie de la côte nord de l’île avec ses grandes falaises impressionnantes et son eau cristalline. On arrive donc dans la baie vers les coups de 17h. On trouve un spot près de la plage sur 5 mètres de fond sur du sable et c’est parti pour deux à trois jours de mouillage. Après cette grosse journée de navigation, on en profite pour tous sauter dans l’eau cristalline avant de se faire un bon petit repas en guise de fin de journée. Tout le monde se couche tôt car demain la journée s’annonce plus que chargée. 



Les grandes falaises du Nord-Ouest de la Sardaigne !


Dimanche 26 mai - jour 65


Aujourd’hui, nous avons organisé avec l’association FreePlastics, une association internationale luttant contre la pollution plastique dans les océans ayant une antenne importante en Italie, une Clean-walk dans les criques de la côte Ouest de l’île. Mais tout d’abord, première mission, il faut gonfler l’annexe afin de rejoindre la plage. Nous découvrons d’abord que le moteur possède quelques soucis de démarrage, puis qu’une des jonctions de l’annexe s’est enlevée ce qui fait entrer de l’eau dedans. Pas le choix, il faut tout de même rejoindre la plage ! Thibaud, Angélique et Lena partent en premier à la rame. Allez Thibaud ! Angélique fait le retour au bateau pour reprendre Martin et Arnaud et c’est reparti ! Finalement, toute l’équipe est arrivée sur la plage sans être trempée ! 

Nous sommes accueillis par Martina et Fabio, membres de l’association, sur la plage et comme nous sommes en Italie, ils nous offrent un bon café bien serré pour nous mettre en forme. On part ensuite dans la voiture de Fabio direction le spot de la clean-walk où déjà une trentaine de volontaires nous attendent ! L'accueil est chaleureux, tout le monde nous souhaite la bienvenue, et nous obtenons même des t-shirts de leur part ! Un accueil plus qu’incroyable qui touche l’ensemble de l’équipage ! C’est parti donc pour une matinée de ramassage de déchets plastiques dans les criques exposées à la houle. Tout de suite, nous sommes “scotchés” par la quantité de plastiques, petits comme gros, que nous retrouvons entre les morceaux de bois et les galets. Nous remplissons les sacs à plastiques à une vitesse inquiétante jusqu’à atteindre les 200 kg en fin de clean-walk, triste victoire… 

Après un bon pique-nique, Fabio, étant à la base guide touristique sur l’île, nous emmène dans l’un de ses spots historiques préférés de l’île, un nuraghe. Ce monument servant d’abri aux premiers habitants de l’île possède des aires de série telle que “Games of Thrones”. Nous apprenons donc l'histoire de ces vestiges qui nous captivent tous. Merci Fabio !  

Nous enchaînons ensuite avec la participation à une fête sportive dans la ville de Stintino où nous participons notamment à un match de basket ! 

Au final, c’est une journée éprouvante mais incroyablement riche en émotions et en rencontres qui se termine avec un repas sur le bateau avant la journée de demain qui marquera la nouvelle semaine ! 



Photo de groupe avec l'association FreePlastics ! Merci encore à eux pour cette journée inoubliable !




Nous espérons que la lecture a été agréable ! Nous partons donc sur la dixième semaine d'expédition avec en ligne de mire, notre arrivée en Corse, à Bonifacio !

Merci encore pour votre lecture et à très vite pour la suite de notre périple... ⛵️

21 vues0 commentaire

Comments


bottom of page