Journal de bord de l'équipage 2018

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Mars

26   27   28     1     2     3     4

5     6     7     8      9    10   11

12   13   14   15   16   17   18

19   20   21   22   23   24   25

26   27   28   29   30   31    1

2      3     4      5     6     7     8

9    10   11   12   13   14   15

16   17   18   19   20   21   22

23   24   25   26   27   28   29

7     8     9    10    11   12   13

30     1     2     3     4     5     6

14   15   16   17   18   19   20

21   22   23   24   25   26   27

28   29   30   31     1    2     3

4      5     6     7     8     9    10

11   12   13   14   15   16   17

18    19   20   21   22   23   24

25   26   27   28   29    30     1

2      3     4      5     6     7     8

9    10   11   12   13   14   15

16   17   18   19   20   21   22

23   24   25   26   27   28   29

13   14   15   16   17   18   19

6     7     8    9    10   11   12

30    31     1     2     3    4    5

20   21   22   23   24   25   26

27   28   29   30    31    1     2

18/06

 ~ Baleines et Baléares ~

21/06

Jour de départ pour Le Labo, il nous faut donc décider de la route que nous emprunterons. Flo se jette sur la météo, Lulu sur les dernières cartes de Mercator Océan. On a le choix : soit on repasse vers l’Est des Baléares, d’où on vient, soit on passe par l’Ouest, où on est déjà passés en remontant de Gibraltar. La météo est bonne des deux côtés, et il y a des gyres des deux côtés… que faire ? On appelle Delphine Bonnet, notre spécialiste microplastiques de MARBEC, qui travaille sur les échantillons d’eau récoltés en mer. Elle nous conseille de repasser par l’est, l’intérêt étant de pouvoir mesurer le biais du protocole d’échantillonnage lié à la houle ! Bien vu ! Derniers préparatifs avant le départ, et on remet les voiles vers le continent, bye bye les Baléares !

19/06

La capitainerie n’arrête pas de nous faire changer de place… enfin c’est l’occasion pour s’entraîner à manœuvrer ! Marie, Lulu et Marine se passent la barre à de nombreuses reprise pour changer du ponton A au ponton C, du ponton C au ponton D, et du ponton D au ponton A (oui, à la même place que quand on est arrivés). A part ces allers-venus, on bosse toute la journée enfermées dans le bateau, à essayer de créer des courants d’air inexistants. Au programme : mise au point des événements de retour d’expédition, débrief avec l’équipe terre, appels avec la banquières, rédaction de la newsletter, mise à jour du site internet. On n’est pas couchées !

22/06

Réveil tardif pour tout le monde : on a bien profité de cette grasse-mat ! On décide d’aller visiter le centre de Port-Mahon, qui a l’air vraiment joli. Problème : il fait 40°C et le centre-ville est à 40 minutes du port, sur la colline. Allez c’est parti ! Il y a un tas de petites boutiques artisanales. Arrivés au sommet, on goûte la boisson locale, à base de Gin, de citron et de glace… un vrai délice avec les tapas ! On profite de la journée à l’heure espagnole, puis on retourne au bateau. Les mails ? La compta ? Le tri des données ? Ce sera pour demain. Ce soir : film-bocaux-dodo.

C’est reparti pour les quarts. On se fait réveiller toutes les 6 heures par une petite voix amicale et compatissante : « Sarah ?... Sarah ??... ça va être ton quart… petit café ?... A toute ». 15 minutes le temps d’enfiler une veste et des chaussures, de faire un brin de toilette et on sort la tête du cockpit, l’air frais qui décoiffe et qui gonfle les poumons. On croise deux équipiers bien réveillés sur le pont, un a l’air un peu plus fatigué que l’autre : c’est le moment de faire un petit somme ! Mais avant, petit café à trois, et dérief sur les 4 dernières heures de nav, le cap à suivre, la météo et les événements marquants de la nuit comme par exemple « on a croisé un ferry qui allait en Corse ! » ou bien « il y avait des méduses fluorescentes dans le sillage ! ».

Les prélèvements sont beaucoup moins fatigants qu’à l’allée sans la houle. On va vraiment pouvoir mesurer le biais lié à l’état de la mer, c’est top !

23/06

Aujourd’hui, c’est anniversaire Flo, ou Papa-Labo pour les intimes. On décide de lui faire un beau fondant au chocolat avec un cœur en chocolat blanc (bon ok ça ne s’invente pas sur un bateau, on avait prévu le coup au dernier avitaillement). Ça se relaie au fouet pour faire monter les blancs en neige, puis on met la préparation au four et le champagne dans un grand seau d’eau de mer. Papa-Labo ?... Papa-Labo ?? ça va être ton quart… petit… CHAMPAGNE ??? JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!

24/06

Ce matin, on constate qu’il reste environ 20 heures avant d’arriver sur la cote. On a tous un petit pincement au cœur car c’était notre dernière boucle d’échantillonnage en haute mer. On tire le jackpot pour notre dernière journée d’observation : 4 groupes de rorquals communs, dont un individu qui fait un saut monumental à une cinquantaine de mètres du bateau ! On mitraille de photos, on remplit nos fiches d’observations et on enregistre les sons… quel pied de voire des baleines !

20/06

Aujourd’hui il y a une équipe rando et une équipe shopping ! Lulu et Marine partant en vadrouille en quête d’une crique cachée, de tortues sauvages et de bruits de cigales, tandis que Flo, Sarah et moi allons faire du lèche vitrine pour découvrir l’artisanat du coin. Nous ne sommes pas déçus, et l’équipage se rejoint pour un événement incontournable pour les locaux : l’Espagne joue un match de coupe du monde ce soir ! On trouve le bistrot des supporters, l’ambiance est au rendez-vous et l’Espagne gagne le match ! Vivement ceux de l’équipe de France !

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube